Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

L´économie espagnole est encore en récession et ne devrait en sortir qu´à la mi-2010. Mais la situation est contrastée au niveau sectoriel.?En effet, les investissements se poursuivent dans des secteurs comme la distribution, les infrastructures ferroviaires, les TIC, les services à la personne ou la santé.

Selon les prévisions de la Commission européenne, l´Espagne est le seul des grands pays européens qui sera en récession tout au long de 2009. Le PIB devrait encore baisser de 0,2 % pendant le dernier trimestre de 2009 et de 3,7 % sur l´ensemble de l´année. Cet indicateur reculerait encore de 0,3 % en 2010 selon le gouvernement espagnol.

« La récession va durer davantage en Espagne que dans le reste de l´Europe. La dureté de cette crise s´explique principalement par l´éclatement de la bulle de l´immobilier auquel est venu s´ajouter l´impact de la crise financière internationale», explique Maria Jesus Fernandez Sanchez, économiste chez Funcas, la fondation des caisses d´épargne espagnoles, consacrée aux études économiques et sociales. Elle table sur une reprise à la mi-2010 et une baisse globale du PIB de 1 % en 2010.

La principale caractéristique de cette crise est la montée spectaculaire du nombre des chômeurs : 1,8 million de plus entre les deuxièmes trimestres de 2008 et de 2009. Le taux de chômage est monté à 17,9 % contre 8,7 % à la fin de 2005. Au total, 4,1 millions d´Espagnols sont sans emploi. Résultat, la consommation devrait baisser de 4,1 % cette année et encore de 0,4 % selon les prévisions du gouvernement espagnol.

Si les entreprises subissent le contrecoup de la crise, la situation n´est cependant pas identique selon les secteurs. Le gouvernement espagnol a décidé de préserver les investissements publics dans les infrastructures routières et ferroviaires en 2010, alors que les dépenses globales de l´État baisseront de 3,9 %. Et le ministère de l´Équipement devrait faire connaître d´ici à la fin de l´année un nouveau plan d´investissements faisant appel à des financements privés.

La nécessité de réduire les coûts pousse les entreprises espagnoles à se doter de nouvelles solutions dans le domaine de la gestion, de l´optimisation industrielle et de l´externalisation logistique. Pour la première fois, les transporteurs espagnols se tournent vers le maritime, moins coûteux et plus sûr, pour exporter vers l´Europe, comme le montrent les bons taux de remplissage des lignes depuis Santander et Bilbao vers Zeebrugge ou entre l´Espagne et l´Italie. La baisse de la consommation ne doit pas masquer des évolutions structurelles importantes.

Le vieillissement démographique et l´exigence de meilleurs soins provoquent un développement des cliniques privées, des centres de retraite et des différentes modalités de services à la personne. Dans ce domaine aussi, les Espagnols sont demandeurs de solutions. Bref, la dureté de la crise et le pessimisme ambiant ne doivent pas conduire les entreprises françaises à se démobiliser mais au contraire à prendre de nouvelles positions.
 

Daniel Solano

 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >