fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

« Contenir l´inflation et financer le déficit externe, tout en évitant de peser trop fortement sur la dynamique de la demande », telle est l´équation que devra réussir New Delhi dans les années à venir, expliquait récemment Thierry Apoteker, fondateur du cabinet d´analyse et de recherche économique TAC.

Après le rebond économique qui a suivi la crise mondiale, l´Inde subit une poussée inflationniste qui s´est élevée à 9,8 % en juillet et 8,5 % en août. La Banque centrale étant décidé à mener une politique monétaire restrictive, Thierry Apoteker estime que l´Inde pourrait perdre 0,5 point de croissance économique en 2011. De son côté, l´assureur-crédit Ducroire prévoit une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 9,5 % en 2010 et 8,4 % l´an prochain.

De façon concrète, la Banque centrale vient de relever ses principaux taux pour la cinquième fois en six mois. Non seulement l´activité va être freinée, mais la pauvreté déjà immense risque d´augmenter dans un pays menacé par « des forces autonomistes », selon Ducroire. L´assureur belge s´inquiète de l´instabilité provoquée par le conflit entre musulmans et hindous. Ducroire, début septembre, a rétrogradé l´Inde pour le risque politique à court terme de la note 1, la plus faible sur une échelle de 7, à 2.

« Si parmi les BRIC la Chine et la Russie affichent des soldes externes positifs, ce n´est pas le cas de l´Inde ni du Brésil qui sont plus vulnérables, plus dépendants des entrées de capitaux sur leur sol », remarquait Thierry Apoteker, lors d´une conférence sur les pays émergents. A cet égard, 2009 n´a pas été une bonne année pour les entrées d´investissement directs étrangers (IDE) en Inde, qui sont tombées de 42 milliards de dollars en 2008 à 27 milliards. Toutefois, le géant asiatique reste très prisé des capitalistes du monde entier. « Malgré la crise, de nombreuses compagnies internationales leaders y ont annoncé des investissements majeurs », note le Centre Vale de l´université de Columbia, dans une étude sur les entrées d´IDE dans ce pays.

La taille de l´Inde (1,55 milliard d´habitants) est son principal atout, loin devant son bon niveau en matière d´éducation, de santé et de marché financier, d´après le rapport 2010-2011 sur la compétitivité du Forum économique mondial. En revanche, persistent de nombreuses faiblesses, notamment des infrastructures déficientes, une corruption endémique et une forte bureaucratie.
 

François Pargny
 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >