fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Actualités

La banque paneuropéenne Bryan, Garnier & Co, spécialisée dans les opérations de fusion-acquisition et le conseil en investissement pour les sociétés de croissance, a présenté lors d'une conférence de presse le 1er février à Paris les opportunités d'affaires existant pour les entreprises françaises en Inde. Selon Grégoire Revenu, Managing Partner chez Bryan Garnier, l´Inde représente « un marché particulièrement actif en corporate finance » et un relais de croissance important pour les entreprises. Trois secteurs sont particulièrement ciblés par la banque d'affaires.

Premier secteur : les infrastructures. Les routes et autoroutes vont bénéficier de 30 milliards d‘euros d´investissement du gouvernement. « Les entreprises françaises peuvent construire des péages ou gérer des portions d‘autoroutes », explique François Arpels, Managing Director de la banque pour le marché indien. Le réseau ferroviaire est lui concerné par 45 milliards d´euros d´investissement afin de résoudre le problème de saturation, ce qui représente une opportunité pour les sociétés d´ingénierie ou les équipementiers.

Deuxième secteur : l´énergie. L´investissement qui devrait être réalisé par l'Inde est estimé à 150 milliards d´euros sur cinq ans. Le pays a besoin de centrales électriques, de réacteurs nucléaires et de développer les énergies propres. Troisième secteur : la transformation agroalimentaire. L´Inde, quatrième puissance agricole mondiale et premier producteur mondial de lait, ne sait pas valoriser sa production. Seuls 35 % du lait est transformé en circuit organisé, 3 % de la viande et 40 % des fruits et légumes sont jetés chaque année par manque de moyens et d´organisation. Les filières agroalimentaires ont besoin de se structurer et de se moderniser pour répondre aux normes internationales, ce qui devrait permettre aux Français de s´implanter.

 

Alix Cauchoix
 

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >