fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Informations importantes

Les paiements sur le site sont indisponibles suite à une maintenance.
Nous revenons très vite !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

Pays & marchés

Pour réduire une dette publique colossale et rassurer les marchés,
l’Italie a adopté mi-août un sévère plan d’austérité. Au programme :
hausse des impôts et réduction des dépenses de l’Etat.

Sous la pression de la Banque
centrale européenne, le président du Conseil italien Sylvio Berlusconi et son
ministre de l’Economie Giulio Tremonti ont annoncé un programme visant 20
milliards d’euros d’économies en 2012 et 25,5 milliards d’euros de plus en
2013, afin de parvenir à l’équilibre budgétaire. Une gageure, puisque le
déficit budgétaire de l’Italie atteint 3,8 % de son PIB et son endettement 120 %.

Pour y parvenir le gouvernement envisage une « contribution
exceptionnelle de solidarité » sur les hauts revenus. Pendant trois ans,
elle s’élèvera à 5 % pour les Italiens gagnant plus de 90 000 euros par an
et à 10 % pour ceux qui excèdent 150 000 euros. Le taux d’imposition sur
les revenus financiers passera en outre de 12,5 % à 20 %. Le programme prévoit
également d’anticiper l’élévation à 65 ans du départ légal du départ à la
retraite des femmes travaillant dans le privé. Une mesure qui devrait rapporter
1 milliard d’euros à L’Etat, mais qui ne s’attaque pas aux pensions
d’ancienneté.

Les coupes budgétaires portent essentiellement sur l’organisation de
l’Etat : diminution des échelons administratifs, suppression d’une
trentaine de provinces (l’équivalent des départements français), réduction du
nombre d’élus et de conseillers, obligation pour les parlementaires de voyager en
classe économique, augmentation des jours ouvrables par regroupement des jours
fériés… Le président du Conseil et son ministre ont par ailleurs annoncé que ce
programme sera accompagné de mesures structurelles, dont la privatisation et la
libéralisation des services publiques locaux ou encore une plus grande
flexibilité du marché du travail.

Adopté par décret d’urgence, ce plan, qui a fait l’objet de vives
critiques de la part de l’ensemble de l’échiquier politique italien, doit être
approuvé par le parlement dans les 60 jours.

Sophie Creusillet

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >