fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine.

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales.

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • LE SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE

    Recevez chaque jeudi, le sommaire des articles de la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les articles entiers sont payants ou accessibles via abonnement.

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X
X

Spécial Spécial Rhône-Alpes : le plan de sauvetage d’Erai rejeté, la liquidation inévitable

Cet article a fait l'objet d'une Alerte confidentielle adressée à nos abonnés dès le 18 mai en fin de journée, mais parvenue à leurs destinataires le lendemain en raison d'un problème informatique.

La perspective d'une liquidation pure et simple d'Erai (Entreprise Rhône-Alpes International) devient une réalité : le projet d'une subvention de 4,7 millions d'euros à l'Ardi (Association régionale du développement et de l'innovation), nécessaire pour une reprise partielle des activités d'Erai, a été rejeté par 92 voix contre 64 pour. A nouveau, c'est une majorité alliant les voix de la droite et du centre (UDC), et de l'extrême droite (FN) à celles de la quasi-totalité des Verts d'Europe écologie les verts (EELV) qui l'a emporté, à l'issue de débats houleux, contre la proposition du président socialiste de la Région, Jean-Jack Queyranne. Seule l'écologiste Fathia Benhamed, par ailleurs administratrice d'Erai, aurait voté pour.

L'Ardi ne devrait donc pas être en mesure de déposer son offre de reprise auprès de l'administrateur judiciaire d'Erai, à la date limite, le 20 mai, et ce dernier  ne devrait pas avoir d'autres propositions de reprise aussi globales, même s'il est possible que certaines des 27 filiales et implantations à l'étranger puissent faire l'objet d'offres de reprise. Ce qui ne devrait pas laisser d'autres choix au Tribunal de grande instance de Lyon, le 9 juin, que de prononcer la liquidation de l'association, .

C'est un véritable cataclysme qui se profile pour l'écosystème rhônalpin du soutien au commerce extérieur régional, selon des données du dossier diffusées par la Région aux élus.

Outre l'image internationale de cette Région, sérieusement écornée par cette déconvenue, il y a les pertes d'emplois des salariés directs d'Erai -117 en jeu, dont 52 au siège, le reste à l'étranger- mais aussi les ruptures de contrats avec les clients de l'agence. Quelque 100 contrats d'accompagnement/implantation "Implantis" et 200 prestations étaient en cours pour des entreprises, avec quelque 97 salariés "portés" par Erai pour le compte de sociétés clientes (dont des Volontaires internationaux en entreprises).

Pour corser le tout, des risques "personnels" (confiscation de passeport, emprisonnement...) pèsent sur certains dirigeants des 27 bureaux de représentation et  filiales dans certains pays -Émirats Arabes Unis, Inde...- où la cessation d'activité d'une structure laissant un passif est interdite. Le seul "traitement juridique" de ce problème pesait lourdement dans le budget de 950 000 euros inclus dans la demande de subvention de l'Ardi pour les frais liés aux restructurations de personnels.

Selon les éléments d'information donnés en annexe au rapport de Jean-Jack Queyranne aux élus, le plan concocté par Jean-Louis Gagnaire, le vice-président de la région chargé du développement économique, principal artisan de ce projet de sauvetage, prévoyait, dans le cadre d'une reprise partielle des missions et activités d'Erai par l'Ardi, la sauvegarde de 63 postes directs et 80 emplois "portés". Le tout regroupé dans les actuels locaux d'Erai à Lyon. Cinq filiales étaient reprises par l'Ardi (Allemagne, Chine, Italie, États-Unis, Canada, le Canada étant "sous réserve"), alors que deux autres en Turquie et au Vietnam étaient reprises par leurs directeurs actuels. Des offres de reprise d'autres implantations et filiales étaient espérées de la part de sociétés privées membres de l'OSCI, voire de chambres de commerce françaises à l'étranger.

Christine Gilguy

Pour prolonger :
-Spécial Rhône-Alpes : le land de Bade-Wurtemberg fait pression pour la poursuite d’Erai Allemagne à Stuttgart
-Spécial Rhône-Alpes : au Maroc, « la CFCIM est un candidat naturel à la reprise des activités d’Erai »
-Spécial Rhône-Alpes : les raisons du "crash" d'Erai, selon les "privés" de l'export
- Spécial Rhône-Alpes : le plan de sauvetage d'Erai rejeté, la liquidation inévitable
-Erai en redressement judiciaire : Jean-François Gendron appelle à “la continuité de service aux entreprises”
-Erai en redressement judiciaire : l’appel au secours des directeurs de filiales

 

Contenu associé

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >