En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • La Lettre confidentielle

    Recevez chaque jeudi, la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les article sont payants et accessibles via abonnement...

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même

Ça bouge dans les marchés (gratuit) : PSA / Iran, Smart Energy / Côte d’Ivoire, Brexit / Entreprises françaises, Chine / Viande bovine

PSA / Iran : sauf à bénéficier d'une dérogation des États-Unis, PSA se prépare à mettre un trait sur son premier marché à l'international, en se retirant de l'Iran, où le constructeur automobile a vendu 444 600 véhicules l'an dernier. D'ores et déjà, le champion français a commencé à suspendre les activités de ses coentreprises en Iran pour se conformer à la loi américaine d'ici le 6 août. Il ne serait pas le seul à se retirer d'Iran. Le géant Total a annoncé son départ, s'il n'obtenait pas une dérogation.
Lire également : UE / Iran : Bruxelles adopte la mise à jour de la loi de blocage; Iran / Commerce : inquiétudes françaises sur l'impact du "piège" tendu par les Etats-Unis

Smart Energy / Côte d'Ivoire : neuf entreprises expertes dans les domaines associés à la « Smart Energy » (récupération d’énergie, échange de chaleur et refroidissement de machines tournantes, solutions en électricité et automatismes...) ont été sélectionnées par Bpifrance et Société Générale, parmi leurs clients, en partenariat avec Business France, pour participer à une mission dédiée à la transition et à la performance énergétique en Côte d’Ivoire. Les neuf PME et ETI, à savoir AIT-Stein Group, Akuo Energy, Delair, Fayat, Flipo Richir, Générale du Solaire, Ragni, Sirea, Urbasolar, qui participeront à cette première mission « Smart Energy » à Abidjan ont entamé le 5 juin une mission de quatre jours intenses de coaching et de rendez-vous sur-mesure avec des prospects et des partenaires potentiels en Côte d’Ivoire. À leur retour en France, les entreprises bénéficieront de l'expertise des équipes de Bpifrance et Société Générale sur tous les contacts initiés pour concrétiser leurs projets de développement. Ce suivi de la mission sera assuré en parallèle par les chargés d’affaires internationaux de Business France installés dans les directions régionales de Bpifrance.
Lire également : Côte d’Ivoire / France : le « club Abidjan ville durable » se structure avec les entreprises

Brexit / Entreprises françaises : 4 milliards d’euros par an : c’est ce que le Brexit coûtera aux entreprises françaises selon les résultats d’une étude du cabinet Oliver Wyman en collaboration avec Clifford France diffusés le 6 juin dans la presse française et intitulée « les entreprises françaises face au Brexit ». Ce cabinet s'est fait une spécialité de l'évaluation des coûts du Brexit et a déjà publié une étude pour l'ensemble des entreprises européennes et britanniques intitulée The red tape Cost of Brexit. Après l’Allemagne et la Hollande, la France, qui a exporté pour 31 milliards d’euros de marchandises au Royaume-Uni en 2017, selon la douane, serait le troisième pays le plus impacté de l'UE. Les secteurs les plus pénalisés seront l’agroalimentaire, l’automobile et les biens de consommation courante. Dans l’agroalimentaire, les vins et spiritueux –dont le Royaume-Uni est le deuxième débouché à l’export pour la France derrière les États-Unis– sont en première ligne, mais aussi les produits laitiers et les préparations à base de céréales. L’étude estime le coût direct du Brexit à 900 millions d’euros pour ce seul secteur et appelle les autorités françaises à accompagner les PME « particulièrement vulnérables », dans cette phase difficile. Rappelons que le Royaume-Uni doit quitter l'UE en mars 2019 tout en restant dans l'union douanière pendant une période de transition jusqu'à fin 2020, date à laquelle un nouvel accord doit avoir été mis en place.
Lire également : “Brexit” : les PME françaises doivent se préparer sans attendre

Chine / Viande bovine : le conseil spécialisé de FranceAgriMer pour les filières « ruminants et équidés », qui s’est réuni le 30 mai sous la présidence de Bruno Colin, a émis un signe positif sur l'ouverture du marché chinois, après la levée par Pékin de l’embargo imposé le 3 mars 2017 à la France en raison de la crise de l'ESB (encéphalopathie spongiforme bovine). « La visite d’État du président de la République Emmanuel Macron en Chine le 18 janvier 2018 a permis d’acter l'accélération du processus d’ouverture du marché de la viande bovine avec l’ambition d’ouvrir le marché pour le 14 juillet prochain, soit en six mois au lieu de 4 à 5 ans habituellement. Les formalités sanitaires préalables à des exportations effectives dès la mi-juillet progressent même si certains points restent à discuter et que le résultat de la mission d’inspection n’est pas encore connu à ce jour », se félicite FranceAgriMer, qui précise que « la signature du protocole devrait normalement intervenir à la mi-juin, à l’occasion d’un déplacement du Premier ministre en Chine ». Par ailleurs, les entreprises françaises candidates à l’exportation ont été inspectées par les autorités chinoises entre le 30 avril et le 10 mai dernier, en parallèle des négociations sur le protocole. Leur rapport est attendu dans les jours qui viennent.
Lire également : France / Chine : E. Macron en chef de file de l’Europe et des intérêts français

 

 

Cet article vous intéresse?

Créez une alerte >

Contenu associé