fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Commerce   •   Union européenne   •   Cian   •   Afrique   •   Accord de libre-échange   •   Vins   •   France   •   Risque pays   •   Risque de change   •   Forum MOCI 2019   •   
7 juin 2019

Ouzbékistan / Export : vers des « ventes du siècle » ?

© Lukas-Adobe stock

En plein bouleversement politique, l’Ouzbékistan, ex-république soviétique d’Asie centrale, veut privatiser à tour de bras afin de relancer son économie. Une stratégie qui attise l’appétit des investisseurs étrangers. Et si l’Ouzbékistan devenait enfin le grand pôle d’attraction de l’Asie centrale ?

Avec l’arrivée au pouvoir en décembre 2017 de Shavkat Mirzioïev, le plus peuplé des pays d’Asie centrale (33 millions d’âmes) a radicalement changé de cap. Finie l’hyper-protectionnisme, la non-convertibilité du soum, les prédations des affidés du pouvoir… C’est du moins le désir affiché par le nouveau Président, homme de l’économie contrairement à son prédécesseur, qui a régné sur l’Ouzbékistan d’une main de fer pendant un quart de siècle en appliquant ses méthodes de vieil apparatchik soviétique.

L’obsession de Shavkat Mirzioïev est de relancer l’économie nationale, notamment en attirant des milliards d’investissements directs étrangers (IDE). C’était tout le sens qu’il a voulu donner à sa visite à Paris début octobre 2018...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 331
diffusée le 6 juin 2019 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >