fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'ainstance->generate_random_word(); $prefix = mt_rand(); $img_name = $captcha_instance->generate_image( $prefix, $word ); ?>

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Commerce   •   Union européenne   •   Cian   •   Afrique   •   Accord de libre-échange   •   Risque de change   •   Risque pays   •   Forum MOCI 2019   •   Brexit   •   Chine   •   
31 mai 2019

Brésil / Export : l’ouverture commerciale à l’ordre du jour

© HB pictures-Fotolia.com

Le Brésil vit actuellement « un vrai changement de modèle », a affirmé, dans un français parfait, Marcos Troyjo, secrétaire d’État brésilien en charge du Commerce extérieur et des affaires internationales, en clôture de la réunion « Brésil : les nouvelles raisons d’investir », organisée le 23 mai par la Chambre de commerce du Brésil en France (CCBF). Une occasion de mieux connaître ce « modèle » portée par le nouvel homme fort du Brésil, Jair Bolsonaro. Un discours économique résolument libéral Marcos Troyjo a tenu un discours économique résolument libéral, peu habituel ces derniers temps dans la bouche des responsables brésiliens. Il a critiqué « l’hypertrophie de l’État brésilien », l’étouffement de l’initiative privée et le protectionnisme créé par le modèle de développement classique latino-américain dit de « substitution aux importations ».

Marcos Troyjo a tenu un discours économique résolument libéral, peu habituel ces derniers temps dans la bouche des responsables brésiliens. Il a critiqué « l’hypertrophie de l’État brésilien », l’étouffement de l’initiative privée et le protectionnisme créé par le modèle de développement classique latino-américain dit de « substitution aux importations ».

Poussant la logique libérale jusqu’au bout, il n’a pas épargné non plus les entreprises étrangères. « Au lieu de faire comme en Asie, les investisseurs étrangers se sont concentrés sur les opportunités liées au marché local. Il sont venus pour de mauvaises raisons : l’existence d’un marché protégé », a-t-il ajouté...

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 330
diffusée le 30 mai 2019 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >