Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon compte
2. Mes activités
3. Mes newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

NEWSLETTERS DU MOCI.

Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.

Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

© Christophe Launay
Actualités

A l’occasion du salon Euronaval, qui a débuté le 19 octobre dans un format 100 % digital, le Gican (Groupement des industries de construction et activité navale) et l’agence d’informations Jane’s publient la première édition d’une étude sur le secteur et les grandes tendances de la construction navale mondiale, baptisée « The world defence shipbuilding ». Cette étude sera actualisée tous les deux ans.

Voici les faits saillants de cet état des lieux :

- La production mondiale navale a atteint 192 milliards de dollars entre 2015 et 2019, pour une production de 2,3 millions de tonnes.

- L’Amérique du Nord est la première zone de production en valeur. Elle produit ainsi le double de l’Europe en valeur (65 milliards contre 33 milliards de dollars) pour un tonnage quasi équivalent (379 000 contre 369 000 tonnes). Cette différence s’explique par la valeur des nombreux programmes de construction navale américains de haute technologie et par les coûts de production de l’industrie nord-américaine.

- L’Asie de l’Est (Chine, Japon, Taïwan, Corée du Sud et Corée du Nord) représente en revanche la première zone de production en nombre de navires et en tonnage, en partie en raison de l’importante production pour le marché intérieur chinois. Elle est la deuxième zone au monde en valeur produite (56 milliards de dollars). La Chine à elle seule produit le double de l’Europe en tonnage (720 000 de tonnes contre 369 000 tonnes), pour une valeur totale assez proche (38 milliards de dollar pour la Chine contre 33 milliards de dollars pour l’Europe).

- L’Europe arrive quant à elle en troisième position, que ce soit en termes de tonnage (369 000 de tonnes) ou de valeur (33 milliards de dollars). Le Royaume-Uni est le premier pays producteur en tonnage et en valeur, suivi de la France.

- L’Asie centrale, qui comprend la Russie viennent après l’Europe, principalement en raison de la production russe.

- L’Asie du Sud-Est produit moins en tonnage mais se place très bien en valeur.
Si la période 2015-2019 a été fortement impactée par la crise financière de 2008, les années postérieures à 2019 s’annonçaient très positivement et probablement supérieures aux niveaux déjà atteint.

- L’Asie centrale, qui comprend la Russie viennent après l’Europe, principalement en raison de la production russe.

- Les principales productions de navires et sous-marins entre 2015 et 2019 ont concerné : 59 sous-marins de tous types, dont 22 produits en Asie de l’Est (Chine-Japon), 282 OPV OPV-H et CPV (dont 120 en Asie de Sud et Asie de l’Est), 146 destroyer, frégates et corvettes, dont la moitié produits en Asie de l’Est.

- Concernant l’export, seulement 1 % de la valeur produite aux Etats-Unis est destiné à l’export, et 3 % pour la Chine. La part export en valeur atteint 30 % en Russie et en Corée du Sud, et jusqu’à 50 % en Europe. Les principaux exportateurs dans le domaine de la construction navale sont donc européens, la Chine étant encore très loin en valeur avec un tonnage cependant assez important.

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >