fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine.

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales.

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • LE SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE

    Recevez chaque jeudi, le sommaire des articles de la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les articles entiers sont payants ou accessibles via abonnement.

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
X
X

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Commerce extérieur   •   France   •   Union européenne   •   Brexit   •   Royaume-Uni   •   Diplomatie économique   •   États-Unis   •   Entreprises   •   Commerce international   •   Commission européenne   •   
10 mai 2011

Nouvelle-Zélande : l’économie marque le pas

Bien que la Nouvelle-Zélande ait développé ses échanges avec la Chine et profité de la hausse des cours des denrées alimentaires, son économie marque le pas, d’après la dernière étude économique sur ce pays d’Océanie, réalisée en avril par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La Chine, qui est à la fois son deuxième fournisseur et client, achète notamment des produits laitiers et du bois. De son côté, l’Australie, premier fournisseur et client de la Nouvelle-Zélande, importe de ce pays des produits dérivés du pétrole.

D’après la société GTA-GTIS, l’an dernier, les exportations de la Nouvelle-Zélande vers la Chine ont bondi de plus de 60 % en un an, s’élevant ainsi à 2,5 milliards d’euros, soit près de la moitié du montant global de ses ventes à l’Australie (5,5 milliards). Côté importations, la Nouvelle-Zélande a acheté pour 3,5 milliards d’euros en provenance de Chine, ce qui représente une augmentation annuelle de 32,3 %, et pour 4 milliards en provenance d’Australie.

Certes, la tenue de la Coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande va bénéficier à l’économie locale, mais ce « coup de fouet » sera « temporaire », juge l’OCDE. L’institution internationale estime que ce pays va encore souffrir des conséquences des séismes qui ont frappé les régions de Canterbury et Christchurch. Et surtout elle exhorte Wellington à entamer toute une série de réformes structurelles pour favoriser l’action publique (assainissement budgétaire) et l’investissement privé.

« La participation publique dans des entreprises commerciales a augmenté au cours de la dernière décennie, ce qui a probablement freiné la productivité globale en réduisant les pressions concurrentielles et la prise de risque, tout en décourageant l’IDE (investissement direct étranger) », regrette l’OCDE. Et l’organisation internationale de poursuivre : « si le gouvernement met à exécution son intention de privatiser partiellement les producteurs d’électricité contrôlés par l’État, l’entrepreneuriat, la gouvernance d’entreprise et la transparence du marché y gagneraient, mais il faudra s’acheminer vers une privatisation intégrale si l’on veut optimiser les gains de productivité ».

Concernant les IDE, « une plus grande transparence est nécessaire, notamment par la suppression des pouvoirs de véto détenus par les ministères, afin de ne pas décourager l’investissement étranger susceptible d’accroître la productivité globale », affirme encore l’OCDE. Enfin, l’institution internationale encourage la Nouvelle-Zélande à parfaire sa bonne image en matière d’environnement. Son tourisme est axé sur la nature et son agriculture, bien que non subventionnée, est propre et performante. La Nouvelle-Zélande est ainsi le premier exportateur mondial de produits laitiers. Elle possède donc tous les atouts pour renforcer son engagement dans une croissance verte.

François Pargny

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >