fbpx

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met à votre disposition 4 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.



  • BEST-OF

    Recevez tous les vendredis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle.

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des nouvelles parutions mensuelles du Moci et de toutes nos offres spéciales.

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI :

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès Moci des PME et ETI à l'international
    et ceux de nos partenaires.
  • La Lettre confidentielle

    Recevez chaque jeudi, le sommaire des articles de la Lettre confidentielle qui vous informe sur les dernières actualités et vous livre ses analyses et ses exclusivités. Les articles entiers sont payants ou accessibles via abonnement.

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 1

Pourquoi moins de 10 %
des entreprises qui exportent
utilisent l’assurance prospection ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 2

Les incoterms, c’est quoi ?
Et ça sert à quoi ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 3

Où trouver les bonnes formules
de votre lettre en anglais ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

LE FORUM DE L’EXPORT

Question n° 4

Comment former
un salarié
à l’export ?

Réponse dans le moci.com/forumdelexport

X
X

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Commerce extérieur   •   France   •   États-Unis   •   Commerce international   •   Guerre commerciale   •   Union européenne   •   Export   •   Chine   •   Exportations   •   Importations   •   
24 juillet 2013

Nouvelle-Zélande : des réformes nécessaires pour accroître la compétitivité (OCDE)

Le 10 juillet dernier, la Nouvelle-Zélande concluait un accord de coopération économique avec Taïwan, prévoyant, dès son entrée en vigueur, d’éliminer la moitié des barrières tarifaires sur les exportations et, dans les quatre ans suivants, jusqu’à la totalité. Une signature très remarquée, puisqu’il s’agissait d’une première avec un État non membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Très intégrée dans le commerce mondial, notamment avec ses principaux partenaires (Australie, Chine…), la Nouvelle-Zélande a aussi lancé une offensive plus à l’ouest, en direction de l’ex-Empire soviétique. Au début de l’année, le président de Russie, Vladimir Poutine, indiquait clairement qu’elle avait vocation à rejoindre l’Union douanière, constituée en 2007 par son pays avec la Biélorussie et le Kazakhstan.


Améliorer les infrastructures de TIC, la règlementation et la R&D


Wellington a ainsi conclu toute une série d’accords commerciaux favorables au libre-échange. Et les différents gouvernements en place on pu se féliciter que la balance commerciale demeure positive (de 730 millions d’euros en 2012 et de 1,13 milliard pendant les cinq premier mois de l’année en cours). Toutefois, dans sa toute récente « Étude économique de la Nouvelle Zélande 2013 », l’OCDE estime que les résultats pourraient être encore supérieurs, si ce pays du Pacifique menait toute une série de réformes structurelles.

Tout en se félicitant de la bonne tendance actuelle de l’économie néo-zélandaise, ses experts mettent en garde sur un dérapage à long terme, notamment si la productivité n’est pas améliorée. « La faible intensité des échanges et la faible présence du pays dans les chaînes de valeur mondiales donnent à penser que la Nouvelle-Zélande ne récolte pas pleinement les bénéfices de la mondialisation en termes de gains de productivité », observent-ils.

La faute à une « surévaluation persistante du taux de change », mais aussi aux « inefficiences dans l’infrastructure des technologies de l’information et de la communication », qui « nuisent à la connectivité internationale du pays » et au « flou de sa réglementation » pouvant freiner « la compétitivité et les possibilités d’investissement étranger ». Parallèlement, « la faiblesse de la recherche-développement peut aussi être un frein à l’adoption des technologies et des idées de l’étranger », ajoutent ces experts.

Un excédent commercial structurel


D’après la base de données GTA/GTIS, en 2012, les exportations de biens ont gagné 7,27 % à 29 milliards d’euros. Une hausse, cependant, inférieure à celle des importations - + 11,6 % – qui sont montées ainsi à 28,28 millions d’euros. Si la balance commerciale reste positive, elle a fondu de 57,67 %. Cette année a été particulièrement mauvaise, il est vrai, pour la Nouvelle-Zélande.

Sur une période plus réduite (janvier-mai) et en comparant les années 2011, 2012 et 2013, on s’aperçoit, grâce à GTA/GTIS, que l’excédent commercial de la Nouvelle-Zélande est d’abord tombé de 1,87 milliard à 1,1 milliard d’euros, puis est remonté doucement à 1,32 milliard. Contrairement à 2012, la tendance est donc plutôt favorable cette année. Explication : de janvier à mai 2013, les exportations ont pris environ 2 %, s’élevant ainsi à plus de 12,5 milliards d’euros, alors que les importations ont à peine décollé (+ 0,18 %), s’établissant à 11,2 milliards d’euros.

En particulier à la Russie, son 28e client, la Nouvelle-Zélande a vendu surtout du lait, de la viande, des fruits, du poisson et des préparations à base de céréales pour un montant global de 75,5 millions d’euros. Ce qui reste très faible par rapport aux exportations avec l’Australie (1,8 milliard), la Chine (1,6 milliard) et les États-Unis (1 milliard).

A Taïwan, son neuvième client, elle a livré principalement des produits agricoles, ainsi que des préparations à bas de céréales, du bois et du charbon de bois, pour une valeur totale de 232 millions d’euros. Ce qui est aussi peu également.

En 2012, la Nouvelle-Zélande avait vendu pour 722 millions d’euros de marchandises à Taïwan. A Taipei, on s’attend  à ce que le commerce bilatéral augmente de 1,6 milliard de dollars américains par an, maintenant qu’un accord est signé avec Wellington.


François Pargny

Sélection de la rédaction sur le même sujet

Cet article vous intéresse ?

Créez une alerte >