X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met a votre disposition 3 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement :



  • BEST-OF

    Recevez tous les jeudis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des sorties guides métiers et pays (bi-mensuelles), et de toutes nos offres spéciales

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI:

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès du Moci
    et nos formations

CODE DE SECURITE :

captcha

Lettre confidentielle

Royaume-Uni / UE : « C’est maintenant que les choses sérieuses vont débuter »

Le compte à rebours est lancé. En validant, lundi 13 mars, le texte relatif au déclenchement du 'Brexit', les députés britanniques ont laissé à Theresa May les mains libres pour activer - comme prévu, d’ici la fin mars - l’article 50 du traité de l’Union européenne (UE), première étape des pourparlers de divorce entre Londres et Bruxelles. En fait un saut dans l’inconnu pour les deux camps autour de la table des négociations. Pour les Européens par exemple, le départ des Britanniques entraînera une perte sèche dans le budget commun. Deuxième contributeur net après l’Allemagne, au coude à coude avec la France, le Royaume-Uni ne versera plus ses 11 milliards d’euros au pot commun. Mais à l’inverse, la note s’annonce salée pour Londres. Les Britanniques ne toucheront plus non plus les 8 milliards de subvention octroyées par Bruxelles. Selon différentes sources européennes, Bruxelles pourrait en outre exiger jusqu’à 60 milliards d’euros aux Britanniques pour solde de tout compte. Un montant qui correspond aux engagements déjà pris par Londres en termes de contribution au budget de l'UE.  Certains responsables outre Manche ont déjà averti que cette enveloppe était exagérément « gonflée », menaçant de ne pas régler la...

L'accès à la totalité de cet article est protégé
imagedefaut
Royaume-Uni / UE : « C’est maintenant que les choses sérieuses vont débuter »
Il vous reste 79% de l'article à lire

Cet article vous intéresse?

Créez une alerte >

Contenu associé