X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met a votre disposition 3 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement :



  • BEST-OF

    Recevez tous les jeudis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des sorties guides métiers et pays (bi-mensuelles), et de toutes nos offres spéciales

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI:

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès du Moci
    et nos formations

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même

Iran | Données Générales

Conjoncture économique, principaux secteurs d'activité, commerce extérieur, contexte politique, conditions de vie, santé, sécurité


Données générales Carte d'Iran

Capitale : Téhéran

Heure locale :
Il est %H:%M à Téhéran

Taux de change au :

Prévision de croissance du PIB : 4,3% en 2018

Stocks d'IDE : 48 469 millions USD en 2016

Risque pays : Consultez l'analyse risque-pays d'Iran proposée par Crecimundi.

Liberté économique :
Note : 50,5/100
Classement : n.c.
Rang mondial : 155
Rang régional : 13

Carte de la Liberté Economique dans le monde
Source : Indice de liberté économique 2017, Heritage Foundation

Présentation

Conjoncture économique

L’Iran a connu deux années de récession avant de retrouver une croissance positive en 2014 avec l'assouplissement des sanctions économiques dont il faisait l'objet. La chute des cours du pétrole a néanmoins affecté l’économie iranienne. L’activité a ainsi enregistré un important ralentissement en 2015 (0,4%). La croissance est bien repartie en 2016 avec un taux de 4,5%. La levée des sanctions internationales en juillet 2015 a permis la reprise du commerce extérieur et de l’investissement tandis que les exportations d'hydrocarbures ont retrouvé leur niveau précédant ces sanctions. D'autres secteurs ont bénéficié de cette ouverture, tels que l'agriculture, le commerce, les transports et l'industrie automobile. La croissance devrait conserver la même dynamique en 2017.

Le président réformiste Hassan Rohani a réenclenché avec succès le processus de négociations internationales qui a débouché sur un accord le 14 juillet 2015. Depuis la levée des sanctions, l’économie iranienne connaît une reprise et le pays attend le déblocage de ses avoirs gelés à l’étranger. Par ailleurs, l'Iran reste largement dominé par le secteur public qui contrôle l'essentiel de l’économie. Par ailleurs, les recettes budgétaires se sont érodées en 2016 par la faiblesse des cours du pétrole, phénomène en partie compensé par une hausse de la production d'hydrocarbures. En 2017, le déficit public devrait s'améliorer grâce à la reprise des cours des hydrocarbures. L'Etat iranien entend également diversifier ses recettes afin de s'attaquer à l'inflation et d'augmenter ses dépenses d'investissement. Structurellement, l'économie est dépendante des revenus pétroliers qui représentent près de la moitié des recettes de l'Etat. Afin de diversifier son économie, le gouvernement a décidé de lancer un plan de privatisations et d'ouvrir à l'investissement étranger la plupart des secteurs de son économie. Ainsi, en 2016 les projets d'IDE en Iran ont sensiblement augmenté. Cependant, le système bancaire iranien est très fragile. La Banque centrale entend ainsi, en accord avec les préconisations du FMI, mener une recapitalisation des banques en difficulté. Bien qu’en nette baisse, le taux d’inflation reste élevé (8,9%) et le pays fait face à une tendance à la baisse de la productivité du capital et du travail. En outre, l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis constitue un risque, car il pourrait remettre en cause la position américaine sur l'accord relatif au nucléaire iranien. Le président sortant Rohani a obtenu une victoire écrasante aux élections presidentielles de mai 2017, étant réélu au premier tour avec 57% des voix. Sur le plan régional, l’Iran maintient une position de force inédite. Les interventions armées en Irak et en Syrie renforcent d'ailleurs la popularité du camp conservateur, notamment des Gardiens de la révolution, qui détiennent de nombreuses entreprises iraniennes.

L'Etat devrait mettre en oeuvre de nouvelles réformes pour stimuler le privé dès lors que le secteur public n'a plus les ressources pour créer les emplois nécessaires pour réduire le taux de chômage qui est de 10,5% de la population active (plus de 30% chez les jeunes). Couplée au chômage, l'inflation génère des problèmes sociaux et l’exode des forces vives du pays.


Principaux secteurs d'activité

Le secteur agricole contribue à 9,3% du PIB, et emploie 17,9% de la population active. Seulement 10% des terres sont arables et des méthodes primitives d'exploitation sont employées. Les principales récoltes sont le pistache (le plus grand producteur mondial), le blé, le riz, les oranges, le thé et le coton. La culture illicite du pavot est assez commune. L'Iran est riche en ressources minérales, principalement : le pétrole (4ème réserves de brut prouvées) et le gaz (2ème réserves mondiales), le cuivre, le plomb, le zinc, etc. La production pétrolière, qui a connu une chute drastique en 2012 suite à la mise en place de sanctions internationales, a rapidement repris depuis leur levée, atteignant en mars 2017 son plus haut niveau de 7 dernières années (3,8 millions de barils par jour). Les exportations de pétrole brut se sont également élevées à un niveau record en 2017, atteignant 3 millions de barils par jour, une première depuis la Révolution islamique de 1979.

Le secteur industriel emploie 33,8 % de la population active et contribue à 38,2% du PIB. L'industrie des textiles est le deuxième secteur le plus important après le pétrole. Le raffinage du sucre, la préparation industrielle des aliments, les produits pétrochimiques, le ciment et la construction sont les autres principales industries. L'artisanat traditionnel, comme le tissage de tapis, la fabrication de céramique, la soie et les bijoux, sont aussi vitaux pour l'économie.

Le secteur tertiaire contribue à 52,4% du PIB et emploie 48,3% des actifs.


Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Iran" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.


Commerce extérieur

L'Iran est membre de l'OPEP, l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, dont elle est le deuxième producteur, tout en étant le cinquième à l'échelle mondiale. La part du commerce extérieur dans le PIB du pays est de plus de 31% (Banque mondiale, dernières données disponibles). Les sanctions mises en place ont empêché l'entrée de devises et freiné le commerce extérieur. La levée de sanctions commerciales, suite aux accords du 14 juillet 2015, commence à soulager l'économie du pays.

Le balance commerciale de l’Iran est structurellement positive (en incluant les exportations de pétrole), tendance qui devrait se maintenir. Les exportations non-pétrolières commencent également à surpasser les importations dès lors que la balance commerciale (excluant les exportations de pétrole) a enregistré un excédent de 246 millions USD durant la période mars 2016 - mars 2017.

Les principaux clients de l'Iran sont la Chine, l’Irak et les Emirats arabes unis. En plus du pétrole et du gaz, l'Iran exporte principalement des pistaches, des tapis, des produits pétrochimiques, des produits chimiques organiques, de l'aluminium, des matériaux plastiques.

Ses trois principaux fournisseurs sont les Emirats arabes unis (qui jouent le rôle de centre de réexportation), l’Union européenne et la Chine. Les biens principalement importés sont les machines, le fer et l'acier, l'équipement électrique et électronique et les céréales.

La population iranienne est jeune et en demande de biens de consommation étrangers, ce qui peut offrir un marché dynamique pour les importations dans le pays. Cependant, une part importante des produits étrangers proviennent de la contrebande et transitent via Dubaï.


Plus d'informations sur la page "How to Export to Iran" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.


Le contexte politique

Le pouvoir exécutif
Le chef de l'Etat est le Guide Suprême de la Révolution islamique, nommé à vie par l'Assemblée des Experts. Le Guide Suprême est le commandant en chef de l'armée, il contrôle les services des renseignements de l'armée et les opérations de sécurité, il est aussi le seul a avoir le pouvoir de déclarer la guerre. Le chef du gouvernement est le président, il est élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans. Le Conseil des Ministres est sélectionné par le président, avec l'approbation de la législature. Le président détient le pouvoir exécutif, mis à part dans les domaines qui sont les prérogatives du Guide Suprême.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est monocaméral. Le parlement est constitué de l'Assemblée Consultative Islamique, qui compte 290 sièges et dont les membres sont élus au suffrage universel pour quatre ans. Le parlement doit faire valider les lois par le Conseil des Gardiens qui vérifie si les lois proposées ne vont pas à l'encontre des principes islamiques. Le Parlement a un pouvoir réel en Iran. Il peut notamment décider du renvoi d'un ministre. Le président ne peut dissoudre le parlement directement mais il peut en recommander la dissolution au Guide Suprême.
Les principaux partis politiques
Les groupes fondamentalistes et conservateurs dominent le plus souvent la sphère politique en Iran. Le Guide Suprême, l'Ayatollah Khamenei, exerce une influence considérable sur le parlement. Depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement plus modéré du Président Rouhani en 2013, les dissentions sont croissantes entre les différentes forces politiques du pays.

Le parlement actuel est dominé par le Front Uni des Conservateurs (FUC) et le Front pour la Stabilité de la Révolution Islamique (FSRI). Les deux forment une coalition conservatrice qui soutient le Guide Suprême. Le Parti de la Justice et du Monothéïsme (PJM), proche du Président Hassan Rouhani, a obtenu moins de 20 sièges.

Chefs de gouvernement :
Guide Suprême : Ayatollah Ali Hoseini KHAMENEI (depuis juin 1989) – non-partisan
Président : Hassan ROHANI (depuis le 3 août 2013, réélu en mai 2017)
Les prochaines élections
Assemblée Consultative Islamique : 2020
Elections présidentielles : 2021

Les conditions de vie

Santé et sécurité

Les précautions sanitaires
Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs en provenance de zones infectées. Le risque de paludisme existe de mars à fin novembre dans les provinces d'Hormozgan, Kerman (zone tropicale) et Sistan-Baluchistan. Il y a un risque limité dans certaines zones au nord du Zagros et dans les régions de l'ouest et du sud-ouest pendant les mois d'été. Résistance de P, falciparum à la chloroquine signalée. Prophylaxie recommandée dans les zones à risque : CHL ; dans le sud-est, C+P.
Pour plus d'information sur les conditions sanitaires
Consultez les conseils aux voyageurs du ministère français des affaires étrangères.
Pour plus d'information sur les conditions de sécurité
Consultez les conseils aux voyageurs du ministère français des affaires étrangères.
Contacter votre ambassade
Ambassade de France en Iran
 

Les numéros d'urgence

police 110
pompiers 125

Décalage horaire et climat

L'heure qu'il est en ce moment
Il est %H:%M à Téhéran
L'heure d'été
Heure d'été de mars à septembre

Carte des zones de décalage horaire

Fuseau(x) horaire
 
Le type de climat
Le climat est de type continental. Il y a en outre de grandes disparités entre les régions : le long du golfe Persique, du golfe d'Oman les températures sont relativement élevées, dans le centre du pays les températures sont modérées et le climat est aride, dans les régions montagneuses les températures sont froides.
Pour plus d'informations
site d'information sur le climat en Iran
site d'information sur le climat en Iran

Niveau moyen des températures et des précipitations

 
Climat

Les ressources utiles

On ne trouvera pas les grandes chaînes internationales en Iran. Plusieurs hôtels de luxe appartiennent maintenant à des fondations. Dans la capitale et les grandes villes, les hôtels sont peu nombreux. A Téhéran, il vaut mieux choisir un hôtel dans le quartier dans lequel on doit travailler, car les déplacements prennent beaaucoup de temps.

Trouver un appartement
Iran Estate (en anglais)
IRXP real estate

Trouver un emploi
agence de recrutement online AgahJobs

Télécommunication

Les codes internationaux
Pour contacter un correspondant à l'étranger vous devrez composer : le préfixe international + l'indicatif + le numéro d'appel de votre correspondant (sans le 0 au début).
Pour appeler en Iran depuis la France, composer le 00 (ou +) +98.
Pour appeler en France depuis l'Iran, composer le 00 (ou +) 33.
L'utilisation des téléphones portables
GSM
Suffixe internet
.ir