X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met a votre disposition 3 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement :



  • BEST-OF

    Recevez tous les jeudis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des sorties guides métiers et pays (bi-mensuelles), et de toutes nos offres spéciales

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI:

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès du Moci
    et nos formations

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
En savoir +

Bielorussie | Données Générales

Conjoncture économique, principaux secteurs d'activité, commerce extérieur, contexte politique, conditions de vie, santé, sécurité


Données générales Carte de Biélorussie

Capitale : Minsk

Heure locale :
Il est %H:%M à Minsk

Taux de change au :

Prévision de croissance du PIB : 0,6% en 2018

Stocks d'IDE : 18 970 millions USD en 2016

Risque pays : Consultez l'analyse risque-pays de Biélorussie proposée par Crecimundi.

Liberté économique :
Note : 58,6/100
Classement : n.c.
Rang mondial : 104
Rang régional : 40

Carte de la Liberté Economique dans le monde
Source : Indice de liberté économique 2017, Heritage Foundation

Présentation

Conjoncture économique

L'économie biélorusse reste encore aujourd'hui une économie en transition, qui a hérité certaines caractéristiques structurelles de l'ex-bloc soviétique. Le pays dépend fortement de la Russie, de loin son plus important partenaire commercial et, dans une moindre mesure, de l'Ukraine, dont la situation économique et politique a eu une influence négative sur l'économie biélorusse. La Biélorussie reçoit du gaz et du pétrole russe à prix réduit et sa croissance dépend en grande partie de la réexportation du pétrole russe au prix du marché. En 2016, l'économie s’est contractée de 3% en raison de la récession en Russie et de la forte dépréciation du rouble (40%) par rapport au dollar américain. Les prévisions pour 2017 signalent une plus grande contraction que l'année précédente.

En 2011, la crise financière a commencée, provoquée par une hausse de salaires dirigée par le gouvernement, qui n’a pas été suivi par l'augmentation de la productivité. La crise a été combinée avec les coûts accrus de l'énergie en provenance de Russie et la surévaluation du rouble biélorusse, ce qui ont conduit à une dévaluation de la monnaie. Depuis la crise de 2011, l'économie biélorusse a enregistré en continuité des déséquilibres externes et internes et a été maintenue en grande partie par des prêts russes. L'économie est très sensible aux chocs extérieurs et a subi les conséquences de la chute de la monnaie russe. L'inflation est très élevée (12,7% en 2016), tandis que le déficit budgétaire s'est creusé par rapport à l'année précédente. Malgré la stabilité de la dette publique (55% du PIB), la part de la dette en devises étrangères (un tiers du total) a encore augmenté en raison des risques liés à la dépréciation du rouble. Les opérations parafiscales (prêts garantis par l'Etat d'une valeur de plus de 5% du PIB) ont mis une pression supplémentaire sur les finances publiques. Enfin, le secteur bancaire a été affaibli par la hausse des prêts non performants.

En quête de financements extérieurs, la Biélorussie a demandé un nouveau prêt au FMI. L'absence de progrès dans la mise en œuvre des réformes et des recommandations nécessaires - telles que la libéralisation des prix, la privatisation, le flottement de la devise nationale et le gel des salaires - ne permettra pas d'améliorer la situation dans un proche avenir. Dans sa dernière évaluation de juin 2016, le FMI s'est félicité des progrès significatifs dans un certain nombre de domaines susmentionnés, tout en estimant qu'il reste beaucoup à faire pour réformer la tarification des services publics et les entreprises d’Etat, avant, notamment, de procéder à l'octroi d'un prêt. Le soutien financier apporté par la Russie est incertain, compte tenu des problèmes propres de la Russie et la position du Biélorussie sur le conflit en Ukraine. Fortement critiquée par l'Union européenne pour son emprise sur la politique intérieure, le régime d'Alexandre Lukachenko a récemment fait quelques concessions. Avec les élections législatives de septembre 2016, deux représentants de l'opposition biélorusse ont pu entrer au Parlement. Le gouvernement d'Alexander Lukashenko conserve, cependant, les 108 sièges restants. En signe de tensions persistantes entre la Biélorussie et la Russie, la renégociation du contrat de gaz liant les deux s’est éternisée, Moscou étant moins enclin que par le passé à accorder des tarifs préférentiels à Minsk.

Le niveau de pauvreté et d'inégalités est relativement bas en Biélorussie, avec un taux de chômage qui a baissé de manière significative en 2016, pour atteindre seulement 1,5% (par rapport à 5,8% en 2015). Cependant, le pays souffre de progrès inégaux dans sa transition démocratique et vers une économie de marché.


Principaux secteurs d'activité

L'agriculture contribue à 9,2% du PIB du pays et emploie 9,3% de la population active. Les principaux produits agricoles sont les céréales, les pommes de terre, les légumes, la betterave à sucre, le lin, le bœuf et le lait. Le pays est le troisième exportateur mondial de beurre et de lait en poudre, et le quatrième plus grand exportateur de fromage et le troisième producteur de lait en Europe.

Le secteur agricole n'a pas été réformé depuis l'époque soviétique. Près de 60% de la production agricole sont concentrées dans les coopératives de fermes détenues par l'État et lourdement subventionnées (sous forme d'entreprises agricoles), à l'image du modèle  « kolkhoze » -  les fermes collectives qui ont constitué la base de la politique agricole de l'Union soviétique. Les dépenses publiques dans le secteur dépassent le revenu des exportations. Les exportations agricoles de la Biélorussie sont fortement dépendantes du marché russe auquel elle exporte près de 90% de ses produits agricoles.

Le secteur de l'industrie représente 32,7% du PIB et emploie un tiers de la main-d'œuvre. Les principales industries sont les machines-outils, matériel agricole, engrais, produits chimiques, matériaux de construction préfabriqués, les véhicules automobiles, les motocyclettes, les textiles et certains produits de consommation (tels que les réfrigérateurs, les montres, les télévisions et radios).

Le secteur tertiaire contribue près de 50% au PIB et emploie 58% de la population active biélorusse.


Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Belarus" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.


Commerce extérieur

L’économie bélarusse est à la fois largement administrée par l'Etat (plus de 70% du PIB est généré par des entreprises publiques ou parapubliques) et très ouverte commercialement. Le commerce représente près de 125% du PIB (moyenne 2016). Héritage de la période soviétique au cours de laquelle le Bélarus était l’atelier d’assemblage de l’URSS, les structures de production entre la Russie et le Bélarus sont encore largement complémentaires. En conséquence, l’économie bélarusse reste fortement orientée vers le marché russe qui est à la fois un débouché naturel et le principal fournisseur (plus de 50% du total des échanges du pays). Le 1er janvier 2015, l’Union économique eurasiatique, qui comprend la Biélorussie, la Russie, le Kazakhstan, l’Arménie et le Kirghizistan, est entrée en force.

La croissance économique soutenue s’est accompagnée de déséquilibres externes importants, notamment du déficit de la balance commerciale. Depuis le printemps 2011, le pays connaît une grave crise de change, que les dévaluations du rouble bélarusse n'ont pas suffi à régler à court terme et qui continue d'affecter considérablement les échanges économiques du pays. Pourtant, au cours des 11 premiers mois de 2016, le déficit commercial du pays a été ramené à 2 milliards USD, contre 4,2 milliards USD, en raison d'une baisse des importations.

Les principaux clients du Bélarus sont la Russie, l'Ukraine, le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Les principaux fournisseurs sont la Russie, la Lithuanie, la Pologne et l’Allemagne.

La Russie reste le principal partenaire commercial du Bélarus, qui dépend de plus en plus de son voisin, en s'isolant sur la scène internationale. Le Bélarus est un pays de transit important pour les hydrocarbures provenant de Russie, ce qui lui a garanti l'approvisionnement en gaz et en pétrole à des taux inférieurs à ceux du marché pendant de nombreuses années. Le rétablissement des contrôles douaniers entre la Russie et le Bélarus dans le cadre de l'embargo russe sur les produits alimentaires occidentaux en représailles aux sanctions internationales a affecté les échanges entre les deux pays.


Plus d'informations sur la page "How to Export to Belarus" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.


Le contexte politique

Le pouvoir exécutif
Le président est le chef de l'Etat, il est élu au suffrage universel pour cinq ans. C'est lui qui détient le pouvoir exécutif. Le Premier Ministre, le Vice-Premier Ministre et le Conseil des Ministres sont nommés par le président.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif au Bélarus est bicaméral. Le parlement, aussi appelé Assemblée Nationale, est constitué de deux chambres : le Conseil de la République (chambre haute), qui compte 64 sièges dont 56 sont élus par les Conseils régionaux et 8 sont nommés par le président, pour un mandat de quatre ans ; et la Chambre des Représentants (chambre basse), qui compte 110 sièges et dont tous les membres sont élus au suffrage universel pour quatre ans. Les citoyens Bélarusses ont des droits politiques très limités.
Les principaux partis politiques
Les partis soutenant le Président ont de grandes chances d'obtenir des sièges lors des élections parlementaires. Les parti d'opposition peuvent, quand à eux, contester les résultats, mais n'ont généralement que peu de chances d'accéder au pouvoir. Les principales forces politiques sont :
- Le Parti Communiste du Bélarus (PCB) : gauche, en lien avec de nombreux autres partis communistes
- Le Parti de l'Unité Civique (PUC) : centre-droit, opposition
- Le Front Populaire Bélarusse "Résurrection" (FPB) : centre-droit, Chrétien Démocrate, opposition
- Le Parti Social Démocrate Bélarusse "Hramada" (PSDB) : centre-gauche, en faveur de la démocratie sociale
- Pour la Liberté : soutient la coalition d'opposition, mouvement emmené par Alaksandar Milinkievič
- Le Parti Chrétien Conservateur (PCC) : centre-droit, nationaliste, anciennement rattaché au FPB
Chefs de gouvernement :
Président : Aleksandr LUKASHENKO (depuis juillet 1994, réélu en septembre 2001, en mars 2006, en décembre 2010 et en octobre 2015) – soutenu par un groupe de 5 partis et un grand nombre d'indépendants au sein de l'Assemblée Nationale.
Premier Ministre : Sergei SIDORSKIY (depuis décembre 2003) – nommé par le président.
Les prochaines élections
Présidentielles : 2020
Assemblée Nationale : septembre 2016

Les conditions de vie

Santé et sécurité

Les précautions sanitaires
Les soins médicaux sont très limités au Bélarus. Il y a une carence en équipements médicaux: vaccins, anesthésiques et antibiotiques notamment. Les voyageurs âgés ou ayant un problème de santé prennent un risque en voyageant dans le pays. Il est fortement conseillé d'emmener avec soi les médicaments habituellement prescrits et des antibiotiques de base en quantité supérieur. La tuberculose est un problème de plus en plus important au Bélarus.
Il est fortement déconseillé de boire de l'eau du robinet (sauf bouillie, filtrée ou désinfectée). Ne jamais boire de bouteilles ouvertes ou des boissons avec glaçons. Il est également déconseillé de manger des fruits et légumes sauf s'ils sont pelés et/ou cuits.
Pour plus d'information sur les conditions sanitaires
MD Recommandations pour les voyageurs
Consultez les conseils aux voyageurs du ministère français des affaires étrangères.
Pour plus d'information sur les conditions de sécurité
Conseils aux voyageurs sur le site du Ministère des Affaires Etrangères
Consultez les conseils aux voyageurs du ministère français des affaires étrangères.
Contacter votre ambassade
Ambassade de France en Bélorussie
 

Les numéros d'urgence

Pompiers 111
Secours 111
Police 102
Ambulances 103

Décalage horaire et climat

L'heure qu'il est en ce moment
Il est %H:%M à Minsk
L'heure d'été
Heure d'été de mars à octobre

Carte des zones de décalage horaire

Fuseau(x) horaire
 
Le type de climat
En raison de la proximité de la Mer Baltique (257 mètres pour la distance la plus proche), le climat du pays est continental tempéré. Les hivers durent entre 105 et 145 jours, et les étés jusqu'à 150 jours. La température moyenne en Janvier est de -6°C et la température moyenne en Juillet est de 18°C avec un taux d'humidité élevé. La moyenne du niveau de précipitation va de 550 à 700 millimètres et parfois les précipitations sont très importantes.
Pour plus d'informations
Site du Ministère des affaires étrangères: information générale sur le Bélarus

Niveau moyen des températures et des précipitations

 
Climat

Les ressources utiles

Trouver un appartement
Belarus Rent: site de locations d'appartements et maisons au Bélarus

Sublet: site d'annonces de particulier à particulier
Trouver un emploi
Trouver un emploi au Bélarus

Télécommunication

Les codes internationaux
Pour contacter un correspondant à l'étranger vous devrez composer : le préfixe international + l'indicatif + le numéro d'appel de votre correspondant (sans le 0 au début).
Pour appeler en Biélorussie depuis la France, composer le 00 (ou +) +375.
Pour appeler en France depuis la Biélorussie, composer le 810 (ou +) 33.
L'utilisation des téléphones portables
Suffixe internet
.by