X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met a votre disposition 3 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement :



  • BEST-OF

    Recevez tous les jeudis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des sorties guides métiers et pays (bi-mensuelles), et de toutes nos offres spéciales

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI:

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès du Moci
    et nos formations

CODE DE SECURITE :

captcha

Attention !

Il semblerait que vous ayez déjà souscrit à cette offre.

Je poursuis quand même
Professionnel
Etudiant/VIE

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Union européenne   •   Commerce   •   Commerce international   •   Commerce extérieur   •   France   •   Accord de libre-échange   •   Asie   •   Chine   •   Protectionnisme   •   Afrique   •   
20 avril 2017

UE / Politique commerciale : Londres n’est plus bienvenu dans les négociations commerciales en cours

bluedesign - Fotolia.com© bluedesign - Fotolia.com

Faut-il écarter les Britanniques des négociations commerciales en cours entre l'Union européenne (UE) et des pays tiers ? Depuis l’activation de l’article 50 du traité de Lisbonne par Londres, le 29 mars dernier, la question circule dans les coulisses de la Commission européenne. « Le Royaume-Uni deviendra d’ici peu un pays concurrent, qui cherchera à conclure ses propres accords », commente un fonctionnaire de la direction générale du Commerce à Bruxelles.
Relayée par les médias, la rumeur a été mal accueillie à Londres. « Tant que nous serons membres à part entière de l’UE nous respecterons nos obligations si nos droits sont eux aussi respectés », a rétorqué un porte-parole de Theresa May la semaine passée. Mais à Bruxelles comme dans les autres capitales européennes, la possibilité que les Britanniques entament leurs propres pourparlers de libre-échange bilatéraux avant la fin des négociations sur le ‘Brexit’, est vue d’un très mauvais œil. « Nous pouvons mener les travaux préparatoires pour jeter les bases de nos futures relations commerciales », s’est justifié Liam Fox, le secrétaire d’État britannique au Commerce extérieur lors d’une visite officielle en Australie début avril (...)

Ceci est un extrait de la Lettre confidentielle du MOCI n° 235
diffusée le 20 avril 2017 auprès de ses abonnés
Pour lire la suite, exceptionnellement en accès libre, cliquez ICI
Pour consulter gratuitement le sommaire de la dernière Lettre, cliquez ICI

Cet article vous intéresse?

Créez une alerte >

Pays & marchés