X

NEWSLETTERS DU MOCI


Le Moci met a votre disposition 3 lettres d'actus pour répondre à vos besoins de connaissance sur le commerce international.


Cochez les newsletters auxquelles vous souhaitez vous abonner gratuitement :



  • BEST-OF

    Recevez tous les jeudis, les articles les plus populaires de la semaine ainsi que le sommaire de la Lettre confidentielle

  • NOUVEAUTÉS

    Soyez au courant des sorties guides métiers et pays (bi-mensuelles), et de toutes nos offres spéciales

  • ÉVÉNEMENTS

    Suivez tous les événements du MOCI:

    - Forum Moci,
    - Forum Afrique,
    - Palmarès du Moci
    et nos formations

CODE DE SECURITE :

captcha

Pays & marchés

Recevez l'actu la plus populaire de la semaine en vous abonnant au

BEST OF du MOCI

En ce moment
Union européenne   •   Moci   •   Commerce extérieur   •   FMI   •   Exportations   •   Risque pays   •   Canada   •   CETA   •   États-Unis   •   Afrique   •   
28 juillet 2016

La vigie TAC ECONOMICS de juillet 2016

TAC

Ces analyses, exclusives pour Le Moci, sont tirées d’outils de datamining mis au point par la société Tac Economics pour détecter les changements à venir, positifs ou négatifs, de l’environnement économique et financier.

 

 

TAC vert petit

Colombie

Le risque économique et financier est en nette réduction grâce à l’amélioration de la compétitivité change combinée à la correction du solde courant. Cet ajustement externe a été permis par la forte dépréciation du Peso (près de - 40 % depuis mi-2014) en corrélation avec la chute des prix du pétrole. Après son ralentissement en 2016, la croissance devrait rebondir en 2017 (vers 3 %) grâce à la consommation, la politique monétaire et les progrès dans le processus de paix avec les FARC.

TAC vert petit

Bulgarie

Les performances du pays sont favorables avec une accélération de la croissance (2,9 % en 2016 T1) permise par la robustesse de consommation des ménages (favorisée par la baisse des prix) et l’investissement. Par ailleurs, les comptes externes s’améliorent (stabilisation des exportations et chute des importations) supportés par un taux de change, ancré à l’Euro, qui s’est légèrement déprécié en mai-juin 2016. Enfin, le déficit budgétaire se réduit du fait de la baisse des investissements et la hausse des recettes.

TAC vert petit

Côte d’ivoire

Diminution marquée du risque économique et financier en raison d’une évolution solide des indicateurs conjoncturels, grâce au renforcement de la confiance domestique lié au processus de consolidation politique et aux réformes d’amélioration de l’environnement des affaires. Toutefois, la forte dynamique de la demande intérieure et les prix relativement faibles du cacao (principal produit d’exportation du pays) entraînent une résurgence des déséquilibres extérieurs.

TAC rouge petit

Algérie

La croissance s’est accélérée à 4,9 % en 2015 T4 (après 3,9 % en T3), soutenue par l’agriculture et les hydrocarbures, alors que la production industrielle enregistre un fort ralentissement (0,5 % en T4). La forte dépendance du pays aux hydrocarbures (96 % des exportations, 47 % des recettes fiscales) a entraîné des déficits budgétaires et courant records (environ - 16 % du PIB chacun en 2015). L’inflation s’accroît fortement du fait notamment de la forte dépréciation du change (- 28 % depuis mi-2014).

TAC rouge petit

Chine

Augmentation tendancielle du risque économique et financier avec un ralentissement de l’activité au cours des derniers trimestres (PIB à 6,7 % en 2016 T1), notamment dans les secteurs manufacturiers et de la construction. Les comptes extérieurs continuent de se détériorer, les perspectives de reprise conjoncturelle restent fragiles (resserrement budgétaire attendu) et le risque de dépréciation du taux de change est toujours élevé.

TAC rouge petit

Thaïlande

La croissance reste modérée (3 % en 2016), grâce au rebond de la consommation des ménages et au vif rebond du tourisme (qui aide aussi à la performance du surplus courant), mais faibles contributions des exportations et de l’investissement. L’inflation s’accroît en raison de la forte hausse des prix des produits alimentaires et devrait s’intensifier du fait d’une politique budgétaire expansionniste (subventions massives à la consommation et investissement public soutenu).

www.taceconomics.com

Cet article vous intéresse?

Créez une alerte >

Pays & marchés