Sur le même sujet
>> Dossiers : Dossier Togo 2014
>> Les actualités réglementaires : Accord d'association ...
>> Les actualités réglementaires : DEB 2014 - 5-3510
>> Les actualités réglementaires : France Loi de finances ...
>> Les actualités réglementaires : Veille sur évolution ...
>> Les actualités réglementaires : Régime de contrôle ...
>> Les actualités réglementaires : Secteur contribution ...
>> Les actualités réglementaires : Télé procédures SUR ...
>> Les actualités réglementaires : Propriété ...
>> Les actualités réglementaires : Suspensions et ...
>> Les actualités réglementaires : Transit TIR et Russie - ...
>> Les actualités réglementaires : Contingents / Textiles ...
>> Les actualités réglementaires : Droit de consommation ...

Guides & Livres > accéder à la librairie

L'import en 10 étapes - Guides à l'usage des nouveaux importateurs

L'import en 10 étapes - Guides à l'usage des nouveaux importateurs

Articles les plus lus
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois

DOSSIER : Afrique : un continent à la reconquête de sa compétitivité

26/05/2011 à 1h
Marchés étrangers
Afrique du Sud
Sommaire :
Rob Davies, le ministre du Commerce de l’Afrique du Sud, y croit dur comme fer : « Il n’y a plus de monopole sur l’Afrique, nous avons désormais le choix. Le Brésil arrive à négocier avec la Chine et je ne vois pas pourquoi nous n’y arriverions pas ».
 
Une antienne qui a résonné dans toutes les conférences du WEF. « Nous avons besoin de tirer davantage bénéfices de nos relations avec la Chine », a ainsi martelé Jakob Zuma, le président sud-africain. Avec 129 milliards de dollars d’échanges commerciaux, le géant asiatique est devenu en 2010 le premier partenaire commercial de l’Afrique, selon un rapport publié le 6 mai par Renaissance Capital. C’est dix fois plus qu’en 2000. Et ces échanges devraient atteindre 400 milliards de dollars par an dès 2015. Ses principaux partenaires sont l’Afrique du Sud, le Nigeria, la Zambie, l’Algérie et le Soudan. En 2009, la Chine a réalisé 9,3 milliards de dollars d’investissements directs étrangers (IDE).

La Chine a besoin de l’Afrique. Elle lui achète le pétrole et les minerais dont elle ne dispose pas. L’or noir, principalement fourni par l’Angola, le Soudan et, jusqu’à récemment, la Libye, représente 60 % du total des exportations africaines vers l’empire du Milieu. Ce dernier est également très actif dans le secteur minier depuis quelques années. En 2006, le consortium formé par CMEC (China national Machinery and Equipement import and export Corporation) a raflé au brésilien Vale et à la Comilog (filiale du français Eramet) l’exploitation des mines de fer de Belinga, au Gabon. En Zambie, un autre groupe chinois, CNMC a emporté, moyennant 450 millions de dollars, les droits d’exploitation des mines de cuivre de Luanshya, à la barbe du britannique Enya.

La Chine a fourni à l’Afrique des infrastructures bon marché, financées avec des prêts à des taux défiant toute concurrence. Elle y a construit des routes, des ports, des voies ferrées… Toutes choses utiles pour qui veut faire du commerce. Et les produits de consommation chinois à bas coup (18 % du total des importations chinoises en Afrique) ont inondé les marchés africains, provoquant le mécontentement des producteurs locaux s’estimant injustement concurrencés. Car la présence chinoise agace. Concurrence déloyale, importation d’une main-d’œuvre chinoise, dénigrement de l’aspect social… Les griefs sont nombreux.

Pourtant la donne change. Selon un homme d’affaires français installé à Pékin et venu au WEF pour « tâter le terrain », « les Chinois n’ont pas l’habitude de travailler à l’étranger, mais ils sont en train de prendre conscience de leur mauvaise réputation et songent à venir en Afrique avec des entreprises européennes, qui connaissent beaucoup mieux les marchés africains ». Le discours chinois change aussi. Les officiels présents sur le forum ont évoqué à maintes reprises des « partenariats commerciaux plus équitables ». Au Nigeria, on attend beaucoup d’un projet chinois de parc industriel dédié au textile.
 
Le passage au made in Africa by China n’est pas pour tout de suite. Mais les protagonistes semblent prêts à franchir le pas.

Sophie Creusillet


Les pays émergents investissent

En matière d’IDE, l’Afrique est redevenue une destination de choix. Selon une étude publiée en mai par Ernst & Young, l’Afrique est passée de 338 nouveaux projets en 2003 à 633 en 2010, soit une augmentation de 87 % en 7 ans. À partir de 2012, le flux d’IDE devrait atteindre 150 milliards de dollars par an. La croissance africaine et une nette amélioration de l’environnement politique rassurent. Les pays émergents, rompus à des marchés difficiles, se sont précipités en Afrique. Chine en tête, ils représentent désormais 38 % du total des investissements réalisés sur le continent, contre 30 % en 2003. Les IDE issus de ces pays sont passés de 100 nouveaux projets en 2003 à 240 en 2010.

Ernst & Young constate également une nette augmentation des investissements des pays africains sur leur propre continent (+ 21 % entre 2003 et 2010), mais avec toutefois un montant qui reste inférieur à celui des autres émergents. À ce rythme, la Chine, la Russie, le Brésil, l’Inde et les pays africains eux-mêmes pourraient dépasser dès 2023 les pays développés en termes de nombre de nouveaux projets d’IDE réalisés chaque année.

S. C.

Abonnez-vous - Publications - Contacts - Publicité - Qui sommes-nous ? - Mentions légales - Conditions générales de vente
LE MAGAZINE PÔLES ACCÈS DIRECT SERVICES LETTRES / ALERTES
Lire en ligne
Derniers numéros
Archives
S'abonner
Guides
Librairie
Pays & marchés
Entreprises & secteurs
Transports & logistique
Juridique, douane & fiscalité
Finance & assurance
Carrière
Aides
GPS business
Actualités
Dossiers
Guides
Actualités réglementaires
Fiches Pays
MOCI TV
Annuaire
Appels d'offres
Archives
Agenda
Formations
Evénements Conseil
La Lettre confidentielle
L'Alerte confidentielle
Mes Alertes
Le Best Of
le partenaire des médias
CONTENU PAYANT - Ce contenu est payant ou bien réservé aux abonnésFermer